Lucie Aubrac
Collège
Eyguières
 

Recherche de l’alimentation de rapaces

jeudi 3 octobre 2019, par M. Delerce

Pendant longtemps les chouettes étaient mal-aimées, elles étaient chassées, tuées car on les accusait de porter malheur. Or, à la même époque, les populations se plaignaient de la prolifération de rongeurs car ils causaient de nombreux dégats sur les cultures de céréales.

Plus tard, les populations de chouettes devinrent peu nombreuses, aussi l’Homme décida de les classer, avec d’autres rapaces (oiseau possédant un bec crochu et des griffes appelées "serres"), en tant qu’espèces protégées.

On envisage alors qu’il y ait une relation de prédateurs à proies (chouettes-rongeurs), entre ces deux espèces.

Pour s’en assurer, nous prélevons les pelottes présentes au pied des lieux de repos de ces rapaces. Ces pelottes de régurgitation nous renseignent sur ce que le rapace n’a pas pu digérer après avoir avalé en entier sa proie.

HOTDOG 030
HOTDOG 017 HOTDOG 024
HOTDOG 028 HOTDOG 023

La dissection de pelottes de régurgitation nous montre qu’elles sont composées de divers os et de poils (les proies sont donc des mammifères) ; parfois des carapaces d’insectes. Parmi les os, les crânes et machoires inférieures nous renseignent sur l’animal ingéré par le rapace : des incisives en biseau, allongées, des molaires sans racine ... nous indiquent que ce sont des rongeurs de type, campagnols, musaraignes, ou mulots....

La relation "prédateurs-proies" est donc confirmée.

Au CDI, un ouvrage : "Petit guide de reconnaissance de 30 crânes de mammifères", édité par "La maison des CPN"
http://www.fcpn.org/publications_na...

Les opérations de la "ligue de la protection des Oiseaux"
http://www.lpo.fr/rapaces/index.shtml

Portfolio

  • Edition : La Gazette des Terriers
  • Edition : LPO Aude
 
Collège Lucie Aubrac – Quartier des coudoulières - 13430 Eyguières – Responsable de publication : Mme Masmoudi
Dernière mise à jour : mardi 10 décembre 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille